51 - Mon perroquet est malade

Référence
VIDEO-283
Utilisation
. Les signes de faiblesse. La cage hôpital. La trousse de secours. Les maladies
Épuisé
0,00 €

Même si c’est assez rare, votre perroquet peut tomber malade ou être victime d’un accident. Au moindre doute, il est indispensable de consulter de toute urgence un vétérinaire. Les oiseaux de façon générale masquent leurs symptômes pour ne pas attirer les prédateurs, et meurt la nuit. C’est bien connu, les oiseaux se cachent pour mourir.
En termes pratiques, cela veut dire que lorsque vous identifiez les premiers symptômes, il y a de forte chance que la maladie soit là depuis plus longtemps que vous ne le pensez. Agissez donc toujours rapidement, sans jamais perdre de temps.

Les signes de faiblesse

Si vous êtes proche de votre perroquet, vous sentirez immédiatement que quelque chose ne tourne pas rond. L’œil de votre oiseau n’est pas aussi vif, ses mouvements sont plus lents, et il est moins interactif.
C’est peut être un petit coup de fatigue passager, mais généralement cela n’augure rien de bon.
Et si on laisse faire, les symptômes peuvent être plus sévères dés le lendemain. L’oiseau a les plumes gonflées, les yeux fermés, et il semble apathique.
Son cloaque peut être sale (diarrhée), les ailes tombantes, la respiration haletante ou sifflante, le tout accompagné généralement d’une perte de poids.

A savoir

Un oiseau bien portant dort ou fait sa sieste sur une patte. La deuxième étant repliée dans ses plumes. En revanche, un oiseau fatigué ou malade a besoin de ses deux pattes pour dormir ou simplement se tenir. Ce n’est pas un signe absolu, mais un bon indicateur de faiblesse.

La cage hopital

Si vous constatez un de ces signes, placez immédiatement votre perroquet dans une cage hôpital, à une température de l’ordre de 35°. Ne distribuez pas de nourriture et surtout pas de fruit ou de légume. En revanche, n’oubliez pas une gamelle d’eau pour éviter la déshydratation.
La cage hôpital est un accessoire indispensable qui devrait être obligatoire lorsque l’on a un perroquet. Car la chaleur peut sauver votre oiseau et permettre de gagner du temps en attendant de trouver un vétérinaire disponible ou le traitement adéquat.
Cette cage hôpital peut être une couveuse de ce type utilisée pour les jeunes oiseaux.

Mais cela peut être aussi une petite cage recouverte d’un linge (attention à l’aération) avec une lampe chauffante au dessus. Vous aurez du mal à atteindre la température souhaitée, mais ce sera mieux que rien.
Quel qu’il soit, ayez toujours ce matériel à portée de main, et en bon état de fonctionnement.

La trousse de secours

Le minimum indispensable pour assurer soi même les premiers soins en cas de problème.
Du désinfectant en spray, en cas de blessure.
De la Bétadine pour sécher les plaies.
Une poudre hémostatique pour stopper les saignements.
Sérum physiologique pour nettoyer les yeux.
Un coupe griffe.

Les maladies

La chlamydiose (ou psittacose)
Les oiseaux sauvages et domestiques (perroquet, canaris, pigeon, volaille, canard, etc.) peuvent être infectés par la chamydiose. Les symptômes sont les suivants: somnolence, tremblements, perte de poids, gêne respiratoire, diarrhée.
La chlamydiose peut être facilement testée par un test en laboratoire et guérie par un traitement antibiotioque.
Cette maladie peut être transmise aux humains par des oiseaux infectés. Il s’agit généralement d’une affection pulmonaire qui se soigne aux antibiotiques.

La PBFD (Psittacine Beak and Feather disease)
Virus spécifique aux perroquets et perruches apparu il y a environ 30 ans dans les élevages intensifs. Le virus infecte et tue les cellules des plumes et du bec et s’attaque également aux cellules du système immunitaire.
Les symptômes sont identifiables visuellement : le plumage est perturbé (perte de plume) et la nécrose du bec. Mais généralement, les perroquets décèdent avant d’avoir généré ces symptômes.
Cette maladie se détecte facilement par un test effectué en laboratoire, mais aucun traitement n’existe à l’heure actuelle.

Le Polyomavirus
Cette maladie affecte surtout les oisillons élevés à la main.
Les symptômes sont généralement la mort subite de l'oiseau, une hémorragie, des tremblements, le développement d'un plumage anormal, des diarrhées.
Cette maladie se détecte facilement par un test effectué en laboratoire, mais aucun traitement réellement efficace n’existe à l’heure actuelle.

La PDD (proventricular dilatation disease)
Il s’agit d’un virus s’attaquant au pro ventricule, au gésier, au cœur, aux intestins, au cerveau et au jabot.
Les symptômes sont généralement les suivants : régurgitation, amaigrissement, mauvaise digestion des graines.
Cette maladie se détecte par un test en laboratoire, mais une biopsie (prélèvement de tissus) est indispensable, compliquant la mise en place du test.
Aucun traitement réellement efficace n’existe à l’heure actuelle.

L’aspergillose
Cette maladie est provoquée par un champignon (mycose). Elle est redoutable car le plus souvent mortelle, heureusement non contagieuse.
Les symptômes sont généralement liés à des difficultés respiratoires, mais pas exclusivement.
La détection de l’aspergillose est très délicate (une radio permet d’orienter le diagnostique sans certitude), et les traitements ont une action limitée.
Il existe évidemment bien d’autres maladies, mais celles que nous avons listées sont les plus communes …et les plus dangereuses.

Sources

https://funtimebirdy.wordpress.com/2010/02/26/the-importance-of-daily-routines-for-parrots/
https://www.fermedebeaumont.com/eleveuses-brinsea-tlc-p-4432.html
https://www.pawesome.net/2011/01/what-is-psittacine-beak-and-feather-disease-raise-a-paw/pbfd-parrot/
https://www.abcpestcontrol.co.uk/birds6.php
https://www.google.fr/imgres?imgurl=https://farm1.static.flickr.com
https://www.chups.jussieu.fr/polys/anapath/TP/POLY.Chp.3.3&IMG27.html

Vous avez repéré une erreur, une faute de frappe, vous n’êtes pas d’accord avec ces informations, ou vous avez vécu une situation qui peut être utile aux autres, n’hésitez pas à nous communiquer votre témoignage en écrivant à l'adresse suivante : contact@colony.fr

Rédigez votre propre commentaire
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent écrire des commentaires. S’il vous plaît Connectez-vous ou créez un compte