Malheureusement, nous avons cessé nos activités d'élevage. Mais pour mieux comprendre quelles sont nos origines, nous laissons
    cette page d'information...et puis, cela nous fait du bien de la consulter de temps à autre, cela nous rappelle de bons souvenirs !
Le centre d’élevage est situé en région parisienne, en pleine campagne, et occupe une surface d’un hectare et demi. L’équipe vit sur place, prodiguant une surveillance 24 heures sur 24.
Le centre est composé d’un enclos d’élevage extérieur, clos de murs, et couvert d’un filet de protection, précieux pour retrouver facilement les oiseaux échappés accidentellement de leurs volières et indispensable pour éviter les intrusions de prédateurs divers.
 
Toutes les volières communiquent entre elles de façon à créer selon les périodes de l’année, des espaces permettant aux oiseaux de voler sur plusieurs dizaines de mètres. 
Toute la zone d’élevage est baignée dans la verdure, pour offrir un environnement plus naturel et une plus grande sérénité aux animaux.
Les locaux techniques se composent plusieurs salles, ventilées et permettant des désinfections aisées. 
Cuisine, stockage des aliments, salle d’incubation, nursery, salle de sevrage, salle d’entraînement des oiseaux, infirmerie, tout a été conçu pour garantir une hygiène optimale.
Le centre élève plus de 40 espèces différentes d’oiseaux, issus de 4 familles différentes. 
Les rations préparées quotidiennement sont donc variées et suivent un protocole alimentaire précis. 
Graines en tout genre, extrudés, croquettes, fruits et légumes, féculents, pâtées diverses, et autres secrets sont stockés et dosés avec minutie.
Certains couples reproducteurs n’incubent pas ou n’élèvent pas eux même leurs jeunes. Il est alors indispensable de prendre le relais de la nature et de procéder à une incubation artificielle et à l’élevage à la main. Les œufs sont placés dans des incubateurs électroniques, pesés et mirés quotidiennement pour contrôler le développement de l’embryon.
Dés la naissance, chaque oisillon est nourri à la main durant 2 à 4 mois selon les espèces et ceci toutes les 2 heures, de 8 heures à minuit. C’est un travail considérable, fatiguant, aussi passionnant que stressant, les oisillons réservant toujours des surprises. Certains oiseaux vont accepter leur pâtée facilement, d'autres peuvent la refuser certains jours, en fonction du temps, de la température, de l'humeur de la soigneuse ou de dieu sait quoi ! Les courbes de poids des bébés ainsi que le détail de chaque nourrissage sont consignés pour comprendre et réagir efficacement en cas de difficultés.
Puis les jeunes grandissent, se parent de leurs plumes et au bout de plusieurs semaines, vient le temps du sevrage. C’est un moment délicat, nécessitant une surveillance assidue, car l’oiseau doit apprendre à se nourrir seul, sans l’assistance d’une soigneuse. Sa nourriture doit changer aussi. Il va abandonner progressivement sa pâtée d’élevage pour picorer des graines, extrudés, fruits et légumes.  
Il est extrêmement risqué de perturber l’oiseau à ce moment là, et notamment de le faire changer d’environnement. Du point de vue de l’éleveur, c’est pourtant une idée tentante. Céder des oiseaux non sevrés nécessite bien moins de travail, et transfert le risque auprès du nouvel acquéreur. 
L’argument couramment utilisé est toujours le même : « l’oiseau sera plus apprivoisé si vous terminez vous-même l’élevage à la main », ce qui est absolument inexact et abusif. Un oiseau sera proche de vous si vous vous en occupez, si vous interagissez avec lui, bref si vous l’aimez.
 
Confier un oiseau non sevré à une personne non expérimentée se solde souvent par des complications, voire des décès. C’est la raison pour laquelle dans certains pays, la vente d’animaux non sevrés est interdite.
En tout état de cause, aucun oiseau ne quitte le centre sans que toute l’équipe ait la certitude que le sevrage est bien effectué, quel que soit le temps que cela peut prendre.
Une fois le sevrage terminé, et lorsque l’oiseau est assez musclé pour voler, chacun d’entre eux est sorti de sa cage quotidiennement pour une séance de « papouillages » et de vol. 
C’est un moment fastidieux quelque fois, mais gratifiant et merveilleux. 
Cette période de socialisation est essentielle pour élever des oiseaux biens dans leur tête et prêts à être éduqués correctement.